La Malacquise

Laurence Andriot
La rivière la Malacquise.

malacquise

La Malacquise dont la source se situe sur la commune de Signy-l'Abbaye (08460) a une longueur de 38.1 Km en France et se termine sur la commune de Montcornet (02340). Son autre nom est le hurtaut dès que celle-ci se situe dans le département de l’Aisne.

La rivière Le Hurtaut est un affluent de la rivière La Serre.

Les cours de la Malacquise :

La Malacquise a huit tronçons affluents référencés :

• le ruisseau du Moulin (rd), 5 km, sur les quatre commune de Saint-Jean-aux-Bois, Liart, Maranwez, Marlemont avec deux affluents :
⎈    le ruisseau de Claire Fontaine (rg),
⎈    le ruisseau des Quartiers (rg)
• le ruisseau des Hauts Prés (rd), 2,1 km sur la seule commune de Saint-Jean-aux-Bois.
• le ruisseau de Chantraine (rd), 3,4 km sur la seule commune de Rocquigny.
• le ruisseau du Radeau (rd), 2,8 km sur la seule commune de Rocquigny.
• le ruisseau de Norémy (rd), 2,4 km sur la seule commune de Rubigny.
• la Malacquise, bras du Hurtaut, 1 km sur les deux communes de Rubigny et Rocquigny.
• la Radière, bras droit de l'Hurtaut, 1,4 km sur les deux communes de Chaumont-Porcien, Rubigny, donc aussi défluent.
• le ruisseau de Soize (rd), 5,9 km sur les trois communes de Lislet (confluence), Montcornet, et Soize.

Hydrologie :

La Malacquise est un afluent de la Serre (c'est-à-dire un sous-affluent de la Seine par l'Oise.).
La Malacquise est une rivière pondérée, d'alimentation homogène, avec beaucoup d’ondulations mais qui peut connaître des crues régulières et de graves étiages. 

malacquise

⎈ Historique des catastrophes naturelles à Fraillicourt : Inondations du 11 au 22 janvier 1993, du 17 janvier au 5 février 1995, du 25 au 29 décembre 1999 et le 23 janvier 2009.

Environnement :

La Malacquise 

Il s’agit d’une rivière de deuxième catégorie constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés : carpes, vairons…) , de carnassiers (brochet, sandre et perche). Et de salmonidés (truites). Depuis les années 1990 ce type de rivières est également peuplé de silures.

La Malacquise est très connue pour ses écrevisses américaines qui y vivent. 

Cette écrevisse très fréquente a une taille de souvent moins de 10 cm. Sa carapace est brun foncé et les segments de l’abdomen sont marqués de taches brunes. Les pinces sont lisses. La petite américaine se nourrit de végétaux et d’animaux.

Selon l’article paru le 18/09/2010 sur ouest-France.fr :
« L'écrevisse du Pacifique, également appelée "écrevisse signal", originaire de la côte ouest des Etats-Unis, a été introduite en Suède dans les années 60 pour pallier le manque d'écrevisses autochtones à pattes rouges.
Elevée en France quelques années plus tard, elle s'est échappée des bassins et a colonisé les milieux naturels.
"Dans les Ardennes, ce sont des terriers de ragondins qui ont permis aux écrevisses de s'échapper vers la rivière ardennaise le Gland dans les années 2000", souligne Boris Dupont porte-parole de la fédération de pêche des Ardennes.
Selon les professionnels, l'écrevisse signal est présente dans 73 départements et progresse vers l'amont des cours d'eau à raison de deux à trois kilomètres par an menaçant la survie des espèces autochtones comme l'écrevisse à pattes rouges, en déclin partout en France.
Dans la Malacquise, les écrevisses autochtones ont disparu, selon Franck Bourlet, président de pêche. On reproche également à l'écrevisse américaine de creuser de profondes galeries et de fragiliser les berges. "Elle est plus compétitive, se reproduit plus vite (une femelle va générer 300 écrevisses chaque année) et est également porteuse saine d'une forme de peste radicale pour les autres écrevisses", précise M. Dupont. »

Elle se reproduit souvent deux fois en été. Lors de sa croissance, l’écrevisse mue.
Durant la première année, elle mue environ 8 fois, 4 fois durant la deuxième et ensuite une ou deux fois par an. Lorsqu’elle quitte sa carapace, l’écrevisse très affaiblie est molle et durant les deux jours qui suivent, elle est très vulnérable.
À noter : lors de la mue, l’écrevisse doit reconstituer sa carapace et pour se faire elle emmagasine du calcaire dans son estomac. Il s’agit d’un morceau de craie qui se dissout à chaque mue.

On y trouve également les ragondins, les hérons, les grenouilles, crapauds, martins-pêcheurs, canards, poules d’eau, libellules…

Histoire :

La rivière du Hurtaut traversant la commune et séparant le village de sa partie Nord (le lieu-dit Plomb-Fontaine, ancienne cense absorbée par le village du fait de son expansion), reçoit à cette époque le nom de "La Malacquise".

Près de Maranwez, la rivière prenait sa source. Elle s’appelait le Hurtaut du nom de la propriété appartenant à l'Abbaye de Signy qui avait créé une forge, au bord de l'eau, et dont les marteaux heurtaient le métal « Hurtaut ».

A la Révolution Française, l’abbaye fut démantelée et ses biens, dont la ferme du Hurtaut, furent vendus comme biens nationaux. Cette ferme, les gens du pays la nommèrent à partir de ce moment « La Malacquise ». 

La rivière qui y prenait sa source prit également cette appellation et l'a conservée jusqu'à maintenant dans les Ardennes. A partir de Berlise, donc dans l'Aisne, elle a toujours continué à porter le nom de Hurtaut jusqu'à son confluent avec la Serre, à Montcornet.

Article trouvé lors des recherches :
Eau vive de Thiérache, la Malacquise rassemble les eaux de plusieurs sources, au pied de la Butte de Marlemont ; L’une d’elles naît des eaux ferrugineuses de la Fontaine-Rouge, dans la forêt domaniale de Signy-l’Abbaye ; elle y porte toujours le nom de SERRE avant de s’orienter, plein ouest, pour rejoindre à Montcornet (02) la grande Serre, affluent de l’Oise qui l’emmène à la Seine, puis à la Manche.
Entre source et confluent, elle s’appelait autrefois CERAM, comme l’atteste un acte de donation de 1224 (G.A. Martin Essai historique sur Rozoy-sur-Serre) par lequel Roger, seigneur de Chaumont, cédait aux moines de la Valroy “une maison avec pourpris” dont le jardin s’étendait jusque cette rivière du village de Rocquigny : l’une de ses rues se dit toujours “rue de Serre”. Peut-on en conclure que le ruisseau portait ce nom de la Fontaine Rouge jusqu’à son confluent ?
Il le perdit cependant quelques siècles plus tard au profit d’une source voisine prés de laquelle les moines de Signy avaient établi une forge appelée LE HURTAUT (du francique Hurt en 1130 : le bélier, le heurtoir). La rivière adopta ce toponyme qu’elle a gardé jusqu’à présent dans le département de l’Aisne, de Berlise à Montcornet. Il n’en va pas de même dans celui des Ardennes. Lorsque la forge fut vendue comme Bien National après la Révolution française, les gens du pays la dirent “MALACQUISE”. Elle a gardé ce nom et l’a transmis à la rivière, ce qui n’en a pas troublé le cours tranquille.

Geneviève Lefebvre, août 2004
Voies Anciennes En Thiérache Ardennaise



Activités liées à la Malacquise :

L'association des pêcheurs : L'Eveil de la Malacquise.
L'association organise des concours de pêche à la truite, des pêches à l'écrevisse, des vide-greniers ou encore des opérations "rivières propres".

La pêche à l’écrevisse :
Les écrevisses se pêchent à la balance (filet rond) amorcé avec un morceau de viande ou des pommes de terre. On pose les balances  et on les relève toutes les 10 minutes.
Les écrevisses américaines ne doivent pas être remises à l’eau.

Les ponts ferlicains sur la Malacquise :

Fraillicourt possède trois ponts : 

⌒ Le pont Léonce qui relie le village au Padliau (au-delà de l’eau).
Certains habitants nomme ce pont « pont de la Marquise ». Peut-être une marquise prénommée Léonce?
⌒ Le pont de la Nationale restauré en 1995,
⌒ Le pont de Bertincourt (direction Renneville) 

malacquise

malacquise

Tourisme :

Fraillicourt possède un coin pique-nique près de la Malacquise au niveau du pont Léonce. Vous y trouverez une table de pique-nique, des bancs et un terrain de boules.

malacquise

malacquise

malacquise


Source :
https://plu-immo.fr/
https://fr.wikipedia.org/
Photographies : Laurence